Réseau francophone

Le réseau francophone regroupe les communautés mennonite-anabaptistes sur trois continents, Afrique, Europe et Amérique du Nord.

Une cérémonie de deuil dégénère en cupidité

A Kinshasa en République Démocratique du Congo, une cérémonie de deuil appelée le Githaphitshi devient l’occasion d’une injustice envers les défunts et leur famille. 

Suite de la série d’articles intitulés «S’opposer au mal et à l’injustice - Exemples à suivre...»

 

Read more: Une cérémonie de deuil dégénère en cupidité

Réunions intercontinentales et européennes

Le Réseau francophone européen n’a pas de financement propre et se réunit deux fois par an. Il est actuellement présidé par Max Wiedmer qui convoque les réunions sous l’égide de la CMM. La décision a été prise de profiter du rassemblement mennonite mondial en 2009 pour réunir 80 francophones présents à Asuncion au Paraguay. Pouvoir communiquer sans la barrière de la langue, quel plaisir ! La première partie de la réunion a permis à chacun de se présenter, ce qui a mis en évidence la diversité du monde mennonite francophone. Durant la seconde session, il a surtout été question de la collaboration entre Eglises mennonites au Congo, des résultats du Forum de dialogue inter-mennonite et du Conseil de partenariat. C’est à travers ces organes que, dans ce pays, se précisent les contacts entre Églises et agences missionnaires. 

Le comité du Réseau francophone européen (CERF) souhaite vivement garder le contact avec les Congolais et envoie, dans la mesure du possible, un représentant aux réunions regroupant les trois communautés, afin de vivre la communion fraternelle. Adolphe Komuesa, président de la Communauté mennonite au Congo (CMCO), a participé à la réunion du réseau à Strasbourg le 1er mars 2010.  

Elisabeth Baecher, rédactrice de Perspective, mensuel des Eglises mennonites de Suisse

Historique du réseau francophone

Un peu d’histoire

L’Église mennonite du Congo est l’une de celles qui croissent le plus rapidement dans le monde ; elle a été essentiellement implantée par des missionnaires mennonites anglophones d’Amérique du Nord. Bien que située dans la francophonie au sens large, ses ressources proviennent essentiellement du monde anglophone.

Pendant les rencontres de la Conférence Mennonite Mondiale (CMM) en 1990, il est apparu que le réseautage entre francophones pourrait être fructueux. Lors d’un séjour d’enseignement au Congo en 1997, Claude Baecher a relevé la pauvreté des bibliothèques universitaires en littérature francophone. En général, ce sont les missionnaires qui ont laissé leurs livres en anglais au moment du départ. 80 % de la bibliothèque se composaient de livres anglais, alors que seuls 20 % des étudiants étaient capables de les lire.

Quelques francophones ont décidé de se regrouper pour mettre à disposition des Congolais des ressources en français. Le réseau a commencé avec l’envoi de livres pour les bibliothèques d’universités mennonites. En 2001, sous l’impulsion de Neal Blough, les échanges se sont intensifiés et ont débouché sur des réunions en Europe et au Congo entre francophones du Congo, de Suisse, de France, de Belgique, du Québec, et des organismes missionnaires nord-américains travaillant dans la francophonie. L’objectif était d’apprendre à se connaître et à faciliter la communion entre francophones du monde, sans la barrière linguistique habituelle qui les oblige à communiquer en anglais. 

Elisabeth Baecher, rédactrice de Perspective, mensuel des Eglises mennonites de Suisse

S'opposer au mal - l'exemple de l'excision

Dans le cadre d’une série d’articles, voici une nouvelle contribution qui décrit des situations concrètes au Burkina Faso et au Togo.

Par Kari Traoré, étudiant à l’Ecole supérieure baptiste de théologie de l’Afrique de l’ouest, Lomé, Togo

femme_burkinabéfemme_burkinabéPourquoi  s’opposer au mal et à l’injustice? Quelles peuvent être les conséquences ?
Dans le cas où le mal ou l’injustice est légitimé ou même encouragé, le chrétien se trouve dans une situation où il doit faire preuve d’audace, de courage et de hardiesse pour afficher sa position afin de ne rien avoir à se reprocher à l’égard de Dieu. Dans ce cas, il est possible qu’il soit marginalisé parce qu’il n’adhère pas à l’opinion publique. De même, incompris par son entourage, il peut être objet de raillerie. 

Read more: S'opposer au mal - l'exemple de l'excision